article

La quête de la perfection

Croire qu'un jour je serai parvenue à ma finalité, que ma quête, quelle qu'elle soit, sera terminée, c'est croire finalement que la perfection est réalisable.

 

Or la perfection signe l'ailleurs, l'imaginé, l'idéalisé, le divin… bref, elle n'est pas de ce monde. Elle est comme l'horizon qui attire mon regard et qui s'éloigne au fur et à mesure que je m'en approche. Ainsi quand je me vexe ou que je m'écroule devant mes manques, mes faiblesses, mes inaccomplis, mes erreurs qui dévoilent mon imperfection et le chemin qu'il me reste à parcourir, je dis toute l'importance que je mets dans cette quête du parfait.

 

Mais le parfait se conjugue au futur ou au passé, et non au présent. Au présent émerge le changement, l'impermanence, le doute, l'angoisse du nouveau à accomplir, le début, la fin puis le recommencement d'un jour, d'une heure, d'une tâche, d'un cycle, d'une saison, d'un feuillage, d'un baiser… la vie quoi!

 

Alors la vraie question qui se trouve probablement sur le chemin de ma joie de vivre - et de créer - serait : est-ce que j'accepte de vivre dans mon inachèvement ? Suis-je d'accord de vivre dans l'infini des recommencements que m'imposent le temps et ses cycles? Est-ce que je garde dans ma joie de vivre au moment où la vie me montre l'écart entre ce que je suis et mon idéal ? Entre ce que je vis et la vie ce que je souhaite ?

Au vu de mes humaines réactions de colère ou de plainte, force est de constater que je résiste encore… Soyons honnêtes : qui ne s'est pas effondré un jour devant une critique ou une évaluation qui démonte la personne idéale qu'il croyait être ? Qui ne s'est pas plaint un jour de l'injustice du monde, des hommes, de la vie, voire de Dieu? Qui ne ressent jamais de la tristesse en constatant combien les choses ne sont pas telles qu'elles "devraient" être ?

 

Colère ou plainte contre une réalité qui ne correspond pas à l'idéal imaginé ou désiré... Mais que disent ces colères et ces plaintes, ces révoltes et ces pleurs ? Ou cette tristesse profonde qui me submerge parfois devant les passages exigeants de mon existence ? Ils nient tout simplement la vie dans ses cycles et ses changements. Ils nient ce qu'elle est en essence : toujours inachevée, toujours perfectible, jamais stabilisée ni figée. Ils disent tout simplement mon refus du chemin en lui-même, mon refus d'avancer sans être jamais arrivée…

 

La seule arrivée certaine est la mort, et chaque être vivant la trouve un jour sur sa route. C'est là la seule certitude. Tout le reste est à vivre, à expérimenter, à construire, à partager, à créer, à co-créer et à conjuguer à "l'imparfait" !

La question est : pourquoi ces résistances?? Peut-être râlons-nous finalement contre notre plus grande liberté: celle de pouvoir créer votre réalité. 

 

Lâcher l'idée qu'un jour elle pourrait être parfaite entrouvre les portes de la concrétisation de nos rêves...

Alors, qui s'engage ?

 

En synthèse:

lâcher la quête de la perfection libère la force de réalisation...

 

    

Qu'en pensez-vous ?

Je crois avoir trouvé... Qu'en pensez-vous? - Publié par Tom Pouce le mercredi 17 juin 2015 à 15h17
Depuis le 12 mai, j'ai lu et relu votre article et mon commentaire... Et sans chercher une réponse absolue, j'ai lâché prise... Et je crois vraiment que j'ai trouvé!! Comme je rêvais de mieux dans ma vie, d'une vie qui correspond à ce que je suis, je n'acceptais pas de vivre mon inachèvement. Dorénavant, j'ai pris la ferme décision de faire mes petits boulots, de travailler du mieux que je peux et ne plus penser à mes rêves de vie. C'est quand je pense à mes rêves de vie que je suis déçue de ma situation, alors je vibre ''mal'', je suis malheureuse et j'attire encore plus de malheur. J'accepte de faire des boulots qui ne correspondent pas à mes talents, et j’accueille le fait que j'ai le courage de le faire, malgré les difficultés que je rencontre (plainte à mon égard, épuisement intégral) !! Je ne verrai que ça, à l'avenir : mon courage. J'abandonne l'idée d'être parfaite (faire ce qui me fait vibrer, par conséquent faire vibrer les autres), car ça nourrit trop mon rêve et je deviens davantage incompétente à mes boulot car ces derniers sont trop opposés à ce que je veux vraiment faire dans la vie... Et j'ai besoin de ces boulots afin de survivre.... survivre, c'est quand même vivre, non??
Répondre
Poster un commentaire








Vérification anti-spam 8 + 3 =


Publié par Magali le samedi 20 juin 2015 à 22h56
Bonjour Tom Pouce, j'entends bien dans votre commentaire comment vous rêvez d'une autre vie et comment ce rêve vient contraster avec la réalité que vous vivez. Peut-être y a-t-il plus efficace pour changer votre situation que de survivre en oubliant vos rêves ? Tout d'abord, développer le sentiment de satisfaction est la condition sine qua non pour attirer à soi le positif que l'on désire vivre dans sa vie (cf. méditation sur le contentement https://www.youtube.com/watch?v=cuN4gCORmwc). Ensuite, rayer ses rêves peut être très dangereux... Vous pourriez par exemple regarder vos rêves comme des guides pour orienter vos décisions, tout en continuant de vous satisfaire de ce que vous vivez au jour le jour... Cela vous semble-t-il réalisable ?
Répondre
Poster un commentaire








Vérification anti-spam 8 + 6 =


Un grand merci :) - Publié par Tom Pouce le vendredi 15 janvier 2016 à 19h35
Hooo, Magalie, ta réponse est une très agréable surprise, merci!! Oui, tu as très bien compris, mes conditions de vie sont totalement opposées aux rêves que j'avais, opposée à un point tel que même si je continuais à chérir ces rêve, je n'ai pratiquement aucun temps de libre, ma vie se résume à ''metro-boulot-dodo-fin de semaine à faire les corvées'' loll!! ...j'ai donc ''transférer'' une partie de mon rêve à mon boulot en usine: faire ressortir le meilleur des gens LÀ, maintenant, directement dans la situation où nous sommes!! Ce n'est pas par le biais de l'art, mais j'ai réalisé que je pouvais tout de même étendre l'amour que j'ai dans le coeur partout où je suis, en usine ou ailleurs!! Quand la Vie décidera que je peux le faire par le biais de l'art, j'en serai comblée, mais pour l'instant, je le fais ''comme je peux '' :) Merci pour le lien sur le contentement, je ne l'avais jamais vu, celui-là!! Être gratifiant pour TOUT ce qu'on est nous attire que de bonnes choses, inévitablement :)
Répondre
Poster un commentaire








Vérification anti-spam 5 + 6 =


Je SAIS qu'il y a une solution!!! - Publié par Tom Pouce le mardi 12 mai 2015 à 23h36
Okay… Merci!! Je crois que c'est l'article dont j'avais besoin aujourd'hui, malgré les multiples interrogations qui me tourmentent encore face à tout ceci… Je vais tenter d'abréger car mon histoire est longue… Et je ne la comprend pas!!! J'avais toujours eu des petits emplois mal payés car je n'ai pas de grands diplômes (mon trouble de l'attention et mon ''borderline'' n'aidant pas…Malgré toute l'aide que j'ai pu aller chercher ces dernières années!! ) Je n'ai jamais pu me payer ni permis de conduire, ni voiture pour m'aider à augmenter mes possibilité de trouver un meilleur emploi, étant donné mon budget très serré… Et je vis dans une ville où il y a beaucoup de pauvreté, donc, difficile de se monter une carrière dans cet endroit. Je n'ai même jamais pu déménager de là, faute de moyen… Et un jour, durant un arrêt de travail, j'ai eu la chance de monter un atelier d'art-thérapie utilisant la loi d'attraction…. Un atelier très brillant!!! J'ai tout mit en œuvre, du moins, tout ce que je pouvais, afin que ce grand rêve de vie fonctionne. J'ai passé 2 ans de ma vie à monter passionnément cet atelier!! J'ai même pris tout le ''coussin financier'' (de quoi à vivre pendant un mois environ), durement amassé) afin d'acheter du matériel, de me faire de la publicité, etc. J'y croyais à un point tel que je me disais que peu importe si je dépense jusqu'à mon dernier sous, ça va fonctionner de toute façon, alors allons'y à fond!!! Un grand acte de foi!!! Malgré tout ça, comme je demeure dans une ville pauvre, personne ne s'est inscrit à mon atelier, et je me suis retrouvée sans le sous… J'ai donc dû me retrouver un boulot épuisant dans une usine, malgré mon état lamentable… Mais malgré tout, je me disais que c'était temporaire, que tout allait entrer dans l'ordre, que j'avais trop visualisé, cru et agis pour que ça ne marche pas!!! Alors je continuais à visualiser à tous les matins ce miracle qui allait m'arriver, qui allait m'arracher de cette usine qui était en train de ruiner ma santé intégrale et qu allait me permettre d'apporter du bien aux gens tout en vivant dans l'abondance!! J'avais un rituel : je me nommait les choses dont j'étais gratifiante, je visualisais mon grand rêve et ensuite, je l'envoyais dans L'Univers…. J'utilisais aussi la méthode Coué ''De jours en jours, et à tous les égards, je m'enrichis davantage'', afin de moins percevoir l'écart entre ma réalité et mon rêve, de le voir, ce rêve, se matérialiser étape par étape, comme un enfant!! Et je partageais de bonnes énergies avec mes collègues, malgré la lourdeur des journée à l'usine et l'épuisement qui me gagnait de plus en plus… Plus d'un an plus tard, j'ai dû quitter mon travail… Épuisement physique et mental total… Je vous épargne les tristes détails de ma condition… Je me disais ''mais pourtant, je continuais d'y croire, et j'offrais ma joie de vivre à tous ceux qui m'entouraient!! Oui, j'avoue qu'il y a eu résistance certains jours car même si je voulais croire que mon rêve se matérialisait de jour en jour, ma situation, en réalité, empirait incroyablement… Alors ma question : Qu'aurais-je pu faire de supplémentaire pour continuer d'améliorer ma situation?? J'ai fait tout ce que j'ai pu afin d'aimer le boulot que je faisais, afin de conserver ''la vibration'', et ''attirer'', même si c'était loin d'être un boulot d'artiste philanthrope… Je ''faisais de la gratitude'', visualisais, utilisais la méthode Coué, envoyais de l'amour à tout L'Univers quotidiennement… Rendu à l'était où je me trouvais, à la fin, ça m'était tout de même difficile d'y croire… Et depuis des années, je me retrouve d'autres petits boulot, et je me dis que ''cette fois-ci, c'est la bonne, je vais travailler très fort pendant quelques années, amasser assez d'argent pour me payer un permis de conduire, un auto et d'autre matériel afin de refaire mon atelier, mais comme j'ai à peine 500 dollars d’amassé, quelque chose brise dans mon logement et l'argent y passe… Comment arriver à garder le moral, même si ça fait admettons 3 ans que tu travaille comme une dingue et que dans le réel, la situation semble empirer au lieu d'évoluer… C'est long des années... Je SAIS qu'il y a une réponse à ça!! Je ne l'ai juste pas encore trouvée… Je suis pleine de potentiel et pleine d 'amour, je mérite de vivre de mon rêve!!! Aidez-moi s'il vous plait!!!!!!
Répondre
Poster un commentaire








Vérification anti-spam 9 + 10 =




Poster un commentaire








Vérification anti-spam 8 + 4 =




Copyright © 2012-2019 Mon deal avec l'Univers | Mentions légales | contact |
Voir aussi : www.constellationtarot.fr | Formation Posture Professionnelle | Formation Coaching Nantes